Le Ganioz Project Space (GPS) est un espace d’exposition dans le Manoir de la Ville de Martigny qui se développe sur les deux salles du rez-de-chaussée. Il s’agit d’une initiative qui s’inscrit dans la mission constante de soutien aux jeunes artistes et contribue à la démarche d’ouverture de l’institution à la scène artistique émergente. À travers des expositions courtes et des évènements ponctuels, ce concept contribue au dynamisme et à un élargissement de l’offre au Manoir, invitant également le public à la découverte de nouveaux champs exploratoires dans le domaine de l’art contemporain.
Le Ganioz Project Space (GPS) a reçu la Bourse ArtPro pour structures et projets expérimentaux 2015 du Canton du Valais.
Voir les expositions passées :  2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015
 
23.11.2022 – 15.01.2023
Valentin Merle, De l’eau aux cendres
Vernissage le mercredi 23 novembre à 18h30 au Manoir.

Le Ganioz Project Space (GPS) présente l’exposition personnelle de Valentin Merle, De l’eau aux cendres. L’artiste y dévoile un projet spécialement conçu pour l’occasion. Ce travail installatif explore les questions de cycles de transformation des ressources premières.

 

Une pratique humble et engagée

Le travail de Valentin Merle est nourri par une grande variété d’approches et l’expérimentation constante de nouveaux médias. Sa pratique trouve son point de départ dans les processus mêmes de fabrication d’une œuvre. Interrogeant l’investissement financier et l’impact écologique de la production artistique contemporaine, il crée avec des ressources matérielles restreintes pour explorer le potentiel créatif de l’économie et redéfinir le minimum nécessaire pour « faire œuvre ».

 

De l’eau aux cendres

Pour son exposition personnelle au GPS, De l’eau aux cendres, Valentin Merle explore le cycle de transformation de ressources naturelles, ici, l’eau et le noisetier. En se concentrant sur l’utilisation de ces matériaux, il cherche les limites de leur économie propre. Un équilibre se crée entre les différentes pièces qui chacune évoque un état et un moment particulier dans le cycle de transformation de la matière. Les installations qui prennent forme dans les deux salles du GPS se répondent les unes les autres : les cercles formés par la chute d’une goutte d’eau dans un bassin se retrouvent sur un tissu teinté et des pièces de céramique. Les restes d’écorces d’une structure en bois de noisetier colorent une pièce textile qui lui fait face.

 

« Multiplication, déconstruction, recomposition », avec ces concepts Valentin Merle questionne l’impact écologique de sa pratique artistique et en fait également le sujet de son travail. Il s’intéresse à redécouvrir et expérimenter des savoir-faire anciens ou modestes. Ses gestes sont simples, humbles. Si les motifs et structures suivent des schémas géométriques, faisant référence à l’art minimal, ils portent en eux une légère altération: celle d’un geste répété, d’un matériau organique qui n’est jamais identique et ne suit pas des lignes droites et imposées.

 

Valentin Merle (1993*) vit et travaille à Genève. Après une année propédeutique à l’Ecole d’Art de Berne et Bienne, il part à Bruxelles pour se former aux Ecoles supérieures des Arts de St-Luc, puis à l’Ecole de Recherche graphique. Il poursuit sa formation à l’EDHEA à Sierre où il obtient son Bachelor en 2019. Après son diplôme, il est sélectionné pour une résidence artistique à La Becque et au centre culturel de la Ferme Asile. En 2020, il obtient la bourse du canton du Valais pour une résidence de six mois à la Fondation Suisse de Paris.

 

Valentin Merle, Pliage I
Cirage sur papier plié, 35.4 x 23.7 cm, 2020

Valentin Merle, 162 Quarts de cercles
Cyanotype sur papier, 60 x 70 cm, 2021